Vade retro diètes et régimes

http://www.produits-maigrir.com/regime-hypocalorique.html

Voici un thème bien de saison n’est-ce pas ? Oui oui ! Je sais que vous entamez vite vite, rapido presto un petit régime, une petite diète pour vous alléger de quelques kilos que vous voulez perdre en un temps record bien sûr, pour un maximum de perte. Histoire de vous sentir dégonflé(e), allégé(e) avant le port du short et du maillot de bain ! Si ce n’est vous, c’est votre meilleur ami(e), votre compagne, compagnon, votre voisin (ne).

Et pourtant vous le savez que ces kg perdus sont une promesse de reprise dès que vous tournez le dos à ce petit régime, tout simplement pour reprendre un peu de souffle, ou suivre le cours de la vie qui se présente à vous.

Vous le savez bien que cette diète express n’est pas la solution mais telle une compulsion vous ne pouvez vous empêcher de croire à ces prometteurs de beaux jours, promoteurs corporels facétieux. Peut-être même que la culpabilité vous ronge par les 2 bouts de la chandelle, le premier de n’avoir pas tenu parole à votre corps et d’habiter encore ce bourrelet que vous vous étiez juré d’envoyer au diable, le second de faire confiance malgré vous, comme Mowgli suivant Kaa, hypnotisé par ce docteur machin qui vous prétend manger vos 4 kg en 7 jours.

Il est urgent pourtant à l’aube de l’été que vous soyez réellement informé du réel danger corporel que représentent ces diètes estivales.

Ce régime-là au final vous fera prendre plus de poids et alourdira votre silhouette, telle est l’indéniable vérité !

Comment ça se passe ?

Vous savez que même au repos tout corps dépense de l’énergie ? Pour pourvoir aux fonctions vitales (respiration, digestion, reproduction des cellules…) votre corps, même au repos, dépense de l’énergie. Ainsi chaque individu à besoin de X calories pour faire fonctionner son métabolisme en fonction de l’état de sa corpulence et de son activité.

Admettons que votre métabolisme ait besoin de 1 500 calories pour faire vivre vos organes et nourrir vos muscles. Vous entamez un régime à 1000 calories. Votre balance dès lors annonce une perte de poids. Vous vous sentez gagnant(e) ! Et pourtant de quelle perte s’agit-il ? Les kg perdus interviennent à trois niveaux :

  • L’eau
  • La masse musculaire
  • La graisse

Immanquablement en diminuant votre apport énergétique, vous allez perdre de la masse musculaire, sauf si bien sûr, vous l’augmentez par des exercices de musculation au moins 3 X 2 heures par semaines, mais le faites-vous ?

Si vous m’avez bien suivie vous comprenez qu’une fois votre masse musculaire réduite suite à votre dernière perte de poids, votre métabolisme s’en trouve modifié. En effet, votre corpulence a changé et si précédemment, vous dépensiez 1 500 calories pour vos fonctions vitales, vous n’en dépensez par exemple plus que 1 300 puisque votre masse musculaire a diminué.

Vous voilà donc aminci pour votre départ en vacances mais avec un métabolisme modifié sans que vous n’en ayez aucune conscience. Vous reprenez donc bon an mal an, vos habitudes alimentaires, bien sûr vous faites bien « un peu attention » mais vous goûtez ci, vous arrosez là et c’est reparti !

C’est là que commence le gâchis : Vous avez en réalité besoin de moins de calorie qu’avant votre régime et pourtant insidieusement vous reprenez vos habitudes alimentaires comme avant votre rencontre avec le Docteur Machin. Vous n’avez besoin que de 1300 calories mais vous reprenez vos habitudes de l’époque où votre métabolisme nécessitait 1500 calories. Vous stockez dès lors plus de graisse que précédemment.

Vous voilà pris au piège du yoyo et insidieusement non seulement vous reprenez votre poids initial mais votre masse graisseuse est augmentée et votre silhouette s’empâte !

schema-yoyo

 

Alors suis-je à dire qu’il est impossible de mincir et de modifier sa silhouette ? Absolument pas ! Ce que je dis c’est : pas avec le dernier régime miracle pour reprendre ensuite la vie comme avant.

Gagner en minceur, c’est tout un programme de réelle rencontre avec soi, d’une modification pas seulement de ce que l’on mange et l’on boit mais de son état d’esprit, de tout son rapport à l’alimentation.

Si l’on est ce que l’on mange le mouvement nécessaire au changement doit être double : je dois aussi agir sur qui je suis pour manger autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *