Confusion et dépendance

apta_spirale-dependance

Et si, somme toute, notre plus grand problème face à la sacro-sainte question de la silhouette était principalement une question de confusion ? De fait, combien de fois ne confondons-nous pas la faim, la gourmandise avec tout autre chose ? Avec nos émotions, avec nos expériences ou souvenirs-écrans ? Un souvenir-écran est un souvenir qui vient en place d’un souvenir gênant ou traumatisant. Il s’agit d’un détail de l’événement qui vient prendre toute la place du souvenir afin de ne plus revivre, même en souvenir, la gêne ou le trauma.

Personnellement, j’ai pu mettre à jour une confusion très prégnante : la confusion faim/fatigue. La soirée débute, derrière moi une journée de travail me laissant le goût de la fatigue, mais il faut tenir encore avant l’heure du coucher, point n’est besoin de détailler pourquoi… Vieux réflexe : comment recharger ses batteries ? En ouvrant le frigo… le garde-manger… Pourtant cette solution-là contourne la vraie question car si tous mes réflexes me portent à croire que j’ai faim, en réalité je suis fatiguée. « Un mars par jour et ça repart » ? Baliverne, mensonge et manipulation collective. Un mars par jour et je me condamne à confondre toute ma vie la faim et la fatigue, m’encrassant artères et cellules adipeuses.

Ainsi plutôt que de lutter contre coûte que coûte, je m’écoute et m’allonge un peu ou fait une relaxation ou tout simplement je reporte à demain ce que j’avais prévu de faire. Parfois rien que le temps de la relaxation et de la tisane a suffit à apaiser ce que je prenais pour de la faim.

Pourquoi ces confusions ? Parce que c’est plus facile, parce que ça ne nous demande pas l’effort de nous remettre en question et de devenir vraiment responsable de ce qui nous arrive. Ce n’est pas de ma faute, c’est la faim, c’est l’hiver, c’est mon patron, c’est mon mari, mes enfants, c’est mon stress. Ce n’est pas moi, c’est l’autre. Alors comme ce n’est pas moi et que c’est l’autre, j’attends tout du régime miracle, de la diététicienne, de la pilule magique.

Vous comprenez qu’avec cette prise de conscience, vous changez votre façon de penser et dès lors d’agir pour vous-même. Ce qui importe donc c’est le sens que vous allez donner à vos sensations. Si je règle la sensation d’angoisse par un morceau de chocolat, je n’ai rien résolu à mon problème et qui et plus est je m’en mets un autre sur le dos ou plutôt sur les fesses ! Si je règle l’ennui par un paquet de chips, quand mon paquet est fini je me retrouve au point zéro et avec une estime de soi aussi à zéro pour avoir mangé ce paquet de chips.

Alors là je ne suis pas en train de vous dire : plus de chocolat, plus de chips ! Non que du contraire du chocolat et des chips, oui mais quand c’est vraiment le moment du chocolat et des chips, quand c’est de chocolat et de chips dont j’ai envie, mais non pour combler ma peur, mon angoisse, ma frustration, mon ennui.

Là si vous m’avez suivi, vous commencez à comprendre l’importance de la valeur du cadeau que vous vous faites en pensant comme ça. Prendre conscience de ça, ça n’a pas de prix ! C’est de l’or brut au carré. Parce que vous allez, non seulement améliorer votre silhouette (ou tout autre chose comme arrêter de fumer, ou de vous ronger les ongles ou de pester sur le voisin…), mais aussi votre santé et votre portefeuille ! Et par la même occasion vous remettez de l’ordre dans vos émotions et mettre de l’ordre dans ses émotions c’est mettre de l’ordre dans sa vie, dans son JE.

 

 

2 réponses à “Confusion et dépendance

  1. Te lire est une relaxation en soi, continue Béa…

  2. quel blog plein de sincerité , de véritées de profondeur et de douceur accompagnés d’un bel espoir de mieux s’écouter…Bravo ma belle merveilleux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *